L1031816

Enjeu – Environnement du parc des Evaux

Source : Notice d’impact sur l’environnement (NIE) – version 3 de juin 2021
Projet d’accueil de l’académie du Servette FC aux Evaux

Nos observations

Tous les impacts de cette notice sont calculés pour un projet provisoire de 10 ans (en principe).

Les associations considèrent que, malgré les mentions d’impacts considérés comme « modérés » inscrits dans cette notice, ceux-ci restent d’importance au vu de l’utilisation intensive prévue de cette partie du parc par le pôle football cantonal provisoire (annexe 6 manquante à propos de l’utilisation des terrains). Aujourd’hui cette partie du parc est destinée à la pratique des sports ludiques et à la promenade.

Il n’y a aujourd’hui aucune construction dans cette partie du parc.

Si le projet se réalisait, cela créerait un précédent qui pourrait être considéré comme la première étape d’un projet définitif bien plus important. Mais bien plus grave, cela pourrait créer un dangereux précédent d’utilisation des parcs et des zones nature dans tout le canton de Genève.

Les nombreux abattages d’arbres prévus (45 spécimens), la suppression de 295 ml de haies et de nombreux élagages sont autant d’atteintes à l’environnement et au paysage du parc.

Il est à noter qu’une partie du parc des Evaux est au bénéfice de plusieurs conventions internationales, européennes, fédérales et cantonales pour sa protection. Il abrite plusieurs espèces menacées, tant du point de vue de la faune que de la flore.

Extraits de la NIE (p. 73 à 79)

Flore

Plusieurs espèces menacées ont été observées dans le site flore prioritaire de l’Etang des Evaux situé à environ 20 m au nord du projet : Renoncule vénéneuse (Ranunculus sceleratus – VU)5 , Petite centaurée élégante (Centaurium pulchellum – VU), Epiaire annuelle (Stachys annua – VU).

La Salicaire à feuilles d’hysope (Lythrum hyssopifolia – CR), espèce menacée, a également été observée au niveau de la parcelle en grande culture n°10524 (sud-ouest du projet). Cette parcelle est séparée de la piste de chantier par une rangée mixte d’arbres et d’arbustes.

Patrimoine arboré

Des haies et des alignements d’arbres (chênes et bouleaux) bordent les différentes pistes et emprises
de chantier. Ces structures présentent une valeur écologique intéressante et sont un refuge potentiel pour plusieurs espèces animales protégées. Des mesures devront être prises lors de la phase de chantier afin de les protéger de toutes atteintes liées aux activités de chantier (respect du domaine vital des arbres, barrières de protection de type MUBA).


Le bien-fonds d’arbres d’ornements dans tout le secteur est classé en tant que zone à protéger.

Faune

Le périmètre considéré pour l’inventaire faunistique s’étend au-delà des limites strictes du projet pour
englober les habitats de valeur alentours.

Amphibiens
A environ 200 m au nord-ouest du périmètre de projet, se trouve le site GE10 du Bois des Mouilles inscrit à l’Ordonnance sur la protection des sites de reproduction des batraciens d’importance nationale (OBat). De nombreuses espèces y ont été observées, notamment : Salamandre tachetée (Salamandra salamandra, VU), Triton crêté italien (Triturus carnifex, EN), Triton palmé (Lissotriton helveticus, VU), Triton alpestre (Ichthyosaura alpestris, LC), Crapaud commun (Bufo bufo, VU), Grenouille agile (Rana dalmatina, EN), Grenouille rousse (Rana temporaria, LC), complexe Grenouilles brunes (Rana sp., -).

L’Etang des Evaux, localisé à 20 m au nord du projet, est également un site de reproduction important pour les batraciens. Le Triton crêté italien (Triturus carnifex, EN), le Triton palmé (Lissotriton helveticus, VU), le Triton alpestre (Ichthyosaura alpestris, LC), le crapaud commun (Bufo bufo, VU) et la Grenouille rousse (Rana temporaria, LC) y ont été observés.

L’ordonnance sur la protection de la nature protège tous les amphibiens ainsi que leurs habitats.

Il n’y a pas de site de reproduction de batraciens dans le périmètre même de projet. Cependant vu la proximité de sites de reproduction, il est possible que le projet se trouve sur une voie de migration pour les amphibiens. Une observation de Crapaud commun (Bufo bufo, VU) a été notamment relevée dans le périmètre de projet. Les bois et prairies alentours sont également des lieux de déplacement pour les amphibiens. Un Crapaud calamite (Epidalea calamita, EN) a notamment été observé en 2012 dans une prairie au sud des emprises de pistes de chantier.

Avifaune
Le périmètre de projet se situe au sud d’une réserve d’importance nationale pour les oiseaux d’eau et migrateurs (OROEM) : la Réserve Nr. 9 « Rade et Rhône genevois ». La base de données du CSCF révèle la présence d’une soixantaine d’espèces d’oiseaux dans le secteur de projet, dont 18 espèces protégées. Cette diversité d’espèces est due à la grande variété des milieux et des habitats dans le secteur.


La Harle bièvre (Mergus merganser – VU), le Tadorne de Belon (Tadorna tadorna – VU), le Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis – VU) et le Martin pêcheur d’Europe (Alcedo atthis – VU) sont des espèces protégées liées aux milieux humides et sont affiliées au Rhône. Ces espèces ne seront pas impactées par le projet.

Le Martinet noir (Apus apus – NT) est une espèce typique des agglomérations qui niche dans les bâtiments. Les sites de nidification de cette espèce ne seront pas impactés par le projet.

Le Hibou moyen-duc (Asio otus – NT), le Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos – NT), le Rougequeue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus – NT), le Tarier pâtre (Saxicola torquatus – NT), le Bruant zizi (Emberiza cirlus – NT) et la Fauvette des jardins (Sylvia borin – NT) sont des espèces que l’on retrouve en milieux semi-ouverts.

Le Faucon crécerelle (Falco tinnunculus – NT), le Faucon hobereau (Falco subbuteo – NT) et la Linotte mélodieuse (Linaria cannabina, NT) sont des espèces typiques des zones agricoles et des lisières de forêt.

Plusieurs espèces forestières ont également été identifiées : le Pouillot siffleur (Phylloscopus sibilatrix – VU), le Pouillot fitis (Phylloscopus trochilus – VU), le Coucou gris (Cuculus canorus – NT) et le Pic mar (Leiopicus medius – NT). Le pic mar est inscrite « espèce prioritaire » au niveau national.

Ces espèces peuvent potentiellement utiliser les haies et les alignements d’arbres situés dans l’emprise du projet, en période de nidification notamment.

Invertébrés
Deux espèces de coléoptères ainsi qu’une espèce de lépidoptère protégées ont été observées dans le périmètre de projet : la Lucane Cerf-volant (Lucanus cervuscervus – VU), le Petit Mars changeant (Apatura ilia – VU) et la Prione coriace (Prionus coriarius – NT). Elles ont été localisées en bord sud du terrain T1 ainsi que dans la zone de prairie destinée à la construction du vestiaire, à proximité de grands chênes séculaires. Le Petit-Mars changeant a pour habitat les anciennes forêts riveraines, cette observation au sein du centre sportif n’est pas caractéristique de sa zone d’habitat.


Dans un périmètre plus élargi, des observations de Grand capricorne (Cerambyx cerdo – CR), de Lucane Cerf-volant (Lucanus cervuscervus – VU) et d’Aegosome scabricorne (Aegosoma scabricorne – EN) ont été relevés en forêt ainsi que dans des zones arborées. Le Grand Capricorne et la Lucane Cerfvolant sont protégés au sens de l’OPN et peuvent potentiellement se trouver dans les grands chênes à proximité du périmètre du projet.

Des observations de lépidoptères protégés ont été relevés dans les prairies alentours : Mélitée du plantain (Melitaea cinxia – VU), Mélitée des centaurées (Melitaea phoebe – NT), Azuré du trèfle (Cupido argiades – NT), Flambé (Iphiclides podalirius – NT) et Petite Violette (Boloria dia – NT).


Néanmoins, aucun site de reproduction potentiel ne se trouve dans l’emprise du projet.


Quelques orthoptères protégés ont également été inventoriés : l’Aïolope émeraudine (Aiolopus thalassinus – EN), le Caloptène italien (Calliptamus italicus – VU), le Conocéphale commun, Conocéphale bigarré (Conocephalus fuscus – VU) et le Criquet des bromes, Criquet des mouillères (Echorthippus declivus – VU). Cependant, toutes les observations ont été effectuées à bonne distance du projet. Ces espèces ne seront pas impactées étant donné le manque de milieux favorables au sein du périmètre du projet.

Mammifères
Les données CSCF ont révélées des observations de sanglier, hermine, pipistrelle de Nathusius, campagnol fouisseur et écureuil roux dans le périmètre de projet. Dans un périmètre plus élargi on retrouve en général la grande et moyenne faune typique des zones forestières du canton et du Rhône (blaireau, castor, chevreuil, fouine, renard).


Le périmètre élargi comprend également plusieurs espèces protégées (Figure 37).


On retrouve notamment plusieurs espèces de chiroptères au sein du périmètre élargi. La plupart sont des espèces typiquement forestières dont les gîtes se trouvent au sein des bois proches du centre sportif : Murin de Bechstein (Myotis besteinii – VU), Noctule de Leisler (Nyctalus leisleri – NT), Pipistrelle pygmée (Pipistrellus pygmaeus – NT), Sérotine bicolore (Vespertillo murinus – VU), Pipistrelle commune (Pipistrellus pipistrellus – LC), Pipistrelle de Kuhl (Pipistrellus kuhlii – LC) et Pipistrelle de Nathusius (Pipistrellus nathusii – LC). La zone du projet n’est certainement pas la zone d’habitat des chiroptères mais peut faire office de zone de transit ou de chasse pour ces espèces. Cependant, elles peuvent potentiellement utiliser les grands arbres à proximité du projet comme gîte, que ce soit en période de reproduction ou hivernale. Toutes les chauves-souris sont protégées au sens de l’OPN.

Plusieurs observations de Hérisson d’Europe (Erinaceaus europaeus – NT*) ont également été relevées proche des zones d’habitations. Le périmètre de projet présente également des habitats favorables à l’espèce.

Reptiles
Aucun reptile n’a été identifié dans le périmètre de projet. Dans un périmètre plus élargi des observations de Coronelle lisse (Coronella austriaca – VU), Couleuvre d’Esculape (Zamenis longissimus – EN), Orvet fragile (Anguis fragilis – LC), Lézard des murailles (Podarcis muralis – LC) et Vipère aspic (Vipera aspis – VU) ont été relevées dans les bois bordant le Rhône. La loi sur la protection de la nature protège les reptiles ainsi que leurs habitats. Les cordons arborés dans le périmètre de projet sont des milieux pouvant accueillir ces reptiles.


Structure en faveur de la faune
Les inventaires de terrain réalisés en février et avril 2021 ont mis en évidence la présence de nichoirs sur les arbres à proximité des terrains de football (Figure 38).

Notice-dimpact-sur-lenvironnement_06_2021

Print Friendly, PDF & Email
fr Français
X

Vous avez bien été abonné à la newsletter

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Sauvons le parc des Evaux will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.